Rainbow 1 & 2

Non classé
  • Abe & Kakizaki
  • Kabuto

  • Le Japon après la fin de la guerre.
    On le sait ou on le pense, la vie n’a pas du être facile pour les survivants des deux bombes atomiques qui leurs sont tombées dessus.
    Et qu’a-t-il bien pu se passer pour les milliers d’enfants orphelins ou abandonnées de tous ?
    Cette série manga nous fait découvrir sept adolescents : Anchan, Joe, Mario, Suppon, Baremoto, Biceps et Chou-Fleur.
    Leurs points communs c’est déjà de se retrouver tous ensemble dans le quartier 2 de la maison de correction de Shio. Ils s’y retrouvent à cause de malheurs et de chemin divers dans un Japon dévasté de tout même de tendresse pour ses propres enfants.
    Le tome 1 nous aide à pénétrer dans les pensées et les espoirs déçus ou perdus de ces enfants. Ils vont apprendre à cohabiter dans la même cellule et à mieux se connaître.
    Dans le tome 2 l’histoire par elle-même commence pour de bon, et suite à un incendie qui dévaste le bâtiment du quartier 2 on se prend à avoir peur pour nos jeunes héros.
    A tout cela il faut rajouter un directeur médecin sadique et amateur de jeunes garçons, et un garde chef qui ne prend du plaisir qu’en opprimant et humiliant les détenus.
    Cette série est une claque, car on y voit tout ce qui d’habitude reste caché et n’est jamais dit. L’émotion est présente quand on voit une sœur renier son frère par amour fraternel pour le sauver.
    La tristesse nous gagne quand on apprend ce que peut être la misérable vie d’enfant abandonné de tous.
    La rage gagne au cœur contre la méchanceté des adultes qui profitent de toutes les occasions aux dépends des misérables.
    Bien au-delà d’un manga, Rainbow c’est le règlement de compte d’une histoire oubliée ou bien peu connue. Par le biais d’une maison de correction presque imaginaire, l’auteur georges Abe nous apporte un scénario rempli de sentiments et le dessinateur Kakizaki réussit par des jeux de lumières blanches et noires à faire ressortir la haine et la peur .
    Pour un public averti.

    tous droits réservés Kabuto – Abe & Kakizaki – © 2005

    ?>