SAS : Pacte avec le Diable

Non classé
  • Umberto Ciance & Mutti & Malisan
  • Glénat ©

  • Gérard de Villiers est un auteur à succès. Il est l’auteur d’un très grand nombre de livres qui contiennent à la fois de l’intrigues policières, des belles filles sexys et parfois cruelles, sans oublier de l’action et encore et toujours de l’action.
    Mettre en BD un livre n’est jamais un pari gagné d’avance. De plus, c’est encore moins évident quand il s’agit de reprendre un scénario conçu à la base pour un roman.
    On peut dire que ce premier SAS en BD est presque bon. Je dis bien presque, puisque j’ai eu quand même un peu de mal à trouver du plaisir sur cette histoire. Est-ce que c’est à cause de la comparaison que l’on ne manque pas de faire, ou à cause du dessin? C’est un peu la même frustration que l’on peut ressentir quand on a passé plusieurs jours à lire un Stephen King et que l’on voit de suite le film après. Ce n’est pas pareil. Et bien pour SAS, c’est ce sentiment qui prédomine.

    Mais ce jugement n’enlève en rien le professionnalisme du dessinateur Andrea Mutti. Je regrette par contre les couleurs qui font un peu trop à mon goût « mise en couleur d’ordi ». La palette des couleurs dans les planches est variée, mais il ne ressort pas suffisamment de vie, d’éclat. C’est peut être aussi ça qui manque.
    L’histoire est simple à comprendre. Dans un Belgrade d’après-guerre, la corruption est partout du plus bas au plus haut niveau. Un agent américain est envoyé sur place avec comme mission de retrouver mort ou vif un ancien criminel de guerre, un commandant des bérets rouges, Milorad Lukovic. Va se suivre dans la Capital de l’est un jeu de cache-cache dans une ville ou les criminels sont pour une partie de la population des héros nationaux.

    tous droits réservés Glénat – Umberto Ciance & Mutti & Malisan – © Mai 2006

    ?>