Tif et Tondu – Le Diabolique M.Choc – Intégrales 1

Les critiques BD
  • Will et Rosy
  • Dupuis ©

  • Il existe des séries et des personnages éternels.

    Tif et Tondu en font partie au même titre que Astérix, Tintin, Spirou et plus récemment, Titeuf.

    Tif et Tondu ont fait leur première apparition dans le journal Spirou le 21 avril 1938. Ou plutôt c’est la naissance de Tif car Tondu n\’est arrivé que cinq semaines plus tard. Pour les reconnaître, c’est facile: Tif c’est celui qui est sans poil et Tondu celui à la grande tignasse noire. Ils auraient pu rapidement prendre le chemin des Pieds Nickelés avec les voyages, l’aventure et le manque d’argent, mais c’est le destin de détectives qu’ils ont choisi.

    Le premier dessinateur et scénariste fut Fernand Dineur qui céda l’illustration de la série au jeune Willy Maltaite en 1949. Il continua à écrire les scénarios jusqu’en 1951, puis disparut en 1956.

    En 1954, Charles Dupuis engagea un « inventeur d’idées », Maurice Rosy qui devint le scénariste de la série et qui fut le créateur du personnage clé de la série et peut être aussi de toute l’époque : Choc, le maître du mal, le génie du siècle. Ce personnage inspiré de Fantomas va rapidement en découdre avec Tif et Tondu. Pour la petite histoire, dans les années 60, une organisation mafieuse sud-américaine s’est servie de la main blanche, emblème de Choc, pour intimider ses adversaires.

    Le premier recueil de Tif et Tondu porte comme titre « Le diabolique M.Choc », reprenant les trois premières aventures de Tif et Tondu contre Choc. Ils font sa rencontre dans «  La main Blanche » complètement par hasard. A cause d’un malentendu, ils sont sauvés pas les agents de la main blanche, une organisation qui fait parler d’elle dans le monde entier.

    Dans « Le retour de Choc » l’histoire se déroule principalement sur une île où Tif et Tondu vont tout faire pour empêcher Choc de détruire l’usine de construction d’un navire hydroglisseur.

    On croit comprendre à la fin de l’album qui se trouve caché derrière le casque de fer.

    Passez muscade a plusieurs particularités.

    Il s’agit en effet de réutiliser le fameux Choc qui se trouve en prison. L’astuce est trouvée grâce à un jeu de masque, déjà connu dans la série fantômes. Le talent de l’équipe Will et Rosy fait que tout passe comme une lettre à la poste et que l’histoire bien que transitoire est une réussite. Ce qui au départ ne pouvait pas être évident. Une des force de Rosy est de constamment se renouveler dans les scénarios. Ce qui donne à la lecture une fraîcheur agréable même 60 ans après.

    Un petit dossier est présent au début de l’ouvrage avec comme sujet principal M. Choc bien entendu.

    Les recueils sont à la mode en ce moment, mais bien loin d’une mode, c’est un vrai besoin et d’une demande réelle des anciens lecteurs de la série à laquelle les éditions Dupuis répondent enfin.

    Acheter :

    Laisser un commentaire