Tintin – Embrassons-nous Folleville !

Actualités

Un mini-scandale vient d’éclater dans le petit milieu des tintinophiles. Alors que, dans de nombreux pays, l’on s’apprête à célébrer les 80 ans du rival du général de Gaulle, Mattheuw Parris, un journaliste du Times l’annexe à sa chapelle et lui fait faire un coming out inattendu.

Avant d’enfourcher les grands chevaux de l’indignation vertueuse et pudibonde, l’on peut s’interroger sur l’auteur de cet article à sensation. Qui est Mattheuw Parris ? Ex-secrétaire de Margaret Thatcher puis député conservateur (1979-86), Parris est l’auteur de plusieurs ouvrages. C’est dans la presse qu’il a annoncé être gay et, en août 2006, il  concluait un partenariat civil (l’équivalent de notre PACS) avec l’homme qui vit avec lui depuis 11 ans. Dans ces conditions, affirmer Tintin est gay ne peut être considéré comme une insulte. C’est, tout au plus, une tentative de le récupérer pour sa paroisse…

Des pantalons bizarres

En effet, Mattheuw Parris demande \ »Où est le débat alors que les preuves pointent sans équivoque dans la même direction ?\ » Puis il assène \ »ses\ » preuves, \ »un jeune homme sans expérience, androgyne, avec une houppe blonde, des pantalons bizarres et une écharpe, qui emménage dans le château de son meilleur ami, un marin entre deux âges\ ». Pour enchaîner avec le fait que Tintin n’ait pas de passé, pas de famille.\ »Tintin ne parle jamais de ses parents ou de sa famille, comme s\’il faisait un blocage sur l\’existence même de son père et de sa mère\ ». \ »Tous les psychologues le diront, c\’est un trait fréquent chez les jeunes homosexuels.\ » Enfin, argument massue à ses yeux, le journaliste Tintin n’écrit aucun article pour aucun journal (à l’exception d’un dans seul dans les Soviets). Pour Parris, c’est la preuve formelle que Tintin est un espion, or \ »l\’espionnage a toujours attiré les homosexuels. J\’ai moi-même postulé avec succès au MI6\ ».

Avant tout, il s’agit de se replacer dans le contexte historique de la création de Tintin par Hergé en 1929. Les pantalons de golfe, qualifiés de bizarres, étaient à la mode à cette époque, tout comme le jean l’est aujourd’hui… or dans les Pïcaros, Tintin abandonne l’un pour l’autre, ce que les lecteurs n’ont pas tous apprécié. L’écharpe ? Aristide Bruant en portait une également, ce n’était pourtant pas un homosexuel notoire… Un androgyne blond. Voilà autre chose ! Comme si être blond et ne pas être bâti comme une armoire à glace indiquait une orientation sexuelle quelconque.

Tintin habite chez le capitaine ? C’est après avoir vécu dans un appartement. C’est peut être pour économiser l’argent d’un loyer alors que le capitaine dispose d’une grande demeure où il héberge également Tournesol (qui lui a offert ce château).

Tintin ne parle jamais de ses parents, sa famille ? Et alors ? Les Pieds Nickelés non plus et, en plus, eux couchent plusieurs fois dans le même lit mais personne n’y voit rien d’offusquant.

La mixité n’existait pas

Enfin, Tintin ne montre aucune attirance pour les femmes ou les jeunes femmes. Ce point, pour exact, ne veut pourtant rien dire. D’après Hergé lui-même, Tintin est un jeune garçon dont l’âge tourne entre 14 et 17 ans. Je crois pouvoir affirmer sans trop me tromper que tous les garçons de cet âge ne sont pas perpétuellement en état de rut avancé et, ayant d’autres préoccupations, ne s’intéressent pas tous aux filles sans être homosexuel pour autant.  Pourtant il y a Chang et Zorino ? Il est vrai qu’à différentes reprises Tintin les protège. Mais il le fait comme le ferait un grand frère ou un copain. Il n’y a rien de sexuel ou d’équivoque dans cette attitude.

Pour terminer, rappelons-nous que Tintin est apparu (en 1929) dans un journal catholique dont les lecteurs étaient en majorité des garçons. L’abbé Wallez, son directeur, n’aurait certainement pas apprécié de voir son jeune héros courir le guilledou à une époque où, la mixité n’existait pas. Dans les églises, les femmes et les hommes occupaient des bancs séparés et l’école primaire, elle aussi était divisée en école de garçons et écoles de filles.

Vouloir analyser un fait historique avec le regard d’aujourd’hui est une stupidité. Chaque époque à ses codes de conduites qui ne se répètent pas strictement à l’identique. Mille millions de mille sabords, il y avait peut-être autre chose à dire sur Tintin que de parler de ce qui n’intéresse qu’une minorité de personnes. Nous attendions une autre analyse du Times !

?>