Une interview de Ptiluc

Les dossiers BD

M. Ptiluc, bonjour, merci d’accorder ce moment aux lecteurs de BDTRESOR. On commence.

– La Foire aux Cochons tome 1 a été publié en 2000 ?
Non. Oui l’album. Comme c’est des gros livres . Non C’est celui là que j’ai fait avec une pause au milieu. Celui là il fait 45 pages. J’ai fait une pause pour ne pas être trop pris à la gorge par les délais. J’ai pas l’habitude et j’aime pas ça J’ai pris l’habitude de faire l’album à mon rythme et puis je livre fini une fois tous les mois.
C’est un autre exercice que je n’avais jamais fait.

– C’est des contraintes de se dépêcher.
Ben quand ça se rapproche trop je me dis bon, je vois l’éditeur et je lui dis « bon j’arrête pendant 3 mois». Lui s’il le sait à l’avance il s’en fout.
Ça fait une présence plus longue dans le journal avant l’import. Mais l’autre, non je l’avais fait d’un seul jet.

-Vous êtes fatigués ?
Ben oui parce que la nuit je travaille souvent avec Artif sur un album collectif.
On travaille jusqu’à 3-4 heures du mat chaque soir. Mais ça va. C’est dense. D’habitude je mets une semaine, là je ne mets que 3 jours. C’est speed. (rires)

-C’est la vie parisienne…
J’aime bien Paris. A Paris si t’es pas speed tu déprimes

-Et après vous redescendez dans le sud, vous êtes tranquille ?
Ouais . Après je fais des festivals. Je n’aime pas rester trop longtemps au même endroit. Même quand je rentre chez moi toutes les 3 semaines je pars en festival ou je fais une ballade. Toutes les semaines, ça ne veut pas dire que j’attends 3 semaines. Je fais plus ou moins ça, j’ai plus ou moins un festival qui s’enchaîne à ce rythme là.

-Tu regardes beaucoup la télévision ou pas ?

Non. Je regarde les films. Parce que j’aime bien les films. Quand il y a un film qui m’intéresse, c’est comme au cinéma, je vois le programme et je vais le voir. Je ne regarde pas la télé. La plupart des gens regardent la télé parce que ça rend stupide. Voilà. Sinon je regarde la télé des fois à l’hôtel quand je suis tout seul en festival avant de m’endormir.

-Quand on s’ennuie ?
Quand je m’ennuie. C’est quand je m’ennuie, que je suis fatigué et énervé.[ ?????] Et puis après tu bois des pots le soir. Quand tu as des potes ou que tu t’emmerdes quand il n’y a pas de potes. C’est pas une bonne fatigue. C’est là qu’on zappe en général. Quand t’arrives pas à dormir. Quand on n’a plus la force de lire, plus la force de se relever, alors on zappe.

-Dans tes albums tu attaques pas mal TF1…
TF1, c’est le symbole de la télé stupide. Enfin c’est celui qu’on rencontre. Tu sais il y a tout le monde dans les albums.

-Même ceux qui regardent.
Moi je devais faire de la télé. Je devais faire du dessin animé il y a une dizaine d’années. Et bon j’ai un peu été confronté à l’avis opposé de celui du créateur, à l’avis du producteur qui t’explique le critère, que la qualité c’est le chiffre en fait. Pas que ce soit quelque chose d’élégant, de raffiné et d’intelligent. La qualité c’est combien ça rapporte. Et un produit d’excellente qualité, c’est un produit pour eux, c’est un truc qui a été revendu dans 15 pays. Et quand je leur expliquais à l’époque où ils voulaient me censurer mes dessins animés qu’il y avait bien un vivant, qu’ils voulaient un dessin animé, ils m’ont dit c’est un mauvais produit, ça n’a pas été revendu à l’étranger. Alors j’ai dit « Ah bon, ben voilà ». J’ai appris effectivement. La télé c’est un autre monde et c’est un monde de pognion et pour attirer des gens c’est facile. Quand il y a un accident sur le périph, on ralentit et on regarde. N’importe qui regarde. C’est normal. Par curiosité, par instinct. Voir ce qui se passe. Quand tout l’intérêt porte là-dessus, ça devient dangereux.

-Il y a eu dernièrement une polémique avec une maison d’édition qui avait demandé à un de ses auteurs d?introduire dans leur scénario un peu moins de plans historiques ou un peu moins de rappel sur des moments bien précis parce qu’ils considéraient que les gens étaient moins cultivés qu’avant et qu’ils ne pourraient pas comprendre.
Oui c’est sûr que le Loft est plus facile à comprendre

-C’est dommage parce que bon dans « La foire aux cochons » il y a plein de rappels
Oui mais moins dans celui là. Peut-être que j?ai regardé TF1. Il est moins historique. Dans le précédent, j’avais quand même suivi l’histoire du siècle, alors que là ça part dans des directions très incongrues. Ca le rend plus rigolo, plus aéré.

-J’ai prêté l’album une journée à ma petite soeur qui a 17 ans et elle n’a pas vraiment compris qui était Ceausescu. Alors je lui ai dit c’est un dictateur roumain. Elle n’était pas du tout au courant…
Ben non puisqu’il a fermé son pays pendant des décennies et puis il est mort quand elle avait 6 ans. C’est normal.

-Non mais c’est un rappel.
Il n’a pas fait l’histoire . C’est pour ça que ça m’intéressait de le mettre et ça me permettait d’appeler Franco. Dans les dictateurs , il y a ceux qui ferment le pays et qui font ce qu’ils veulent et puis il y a ceux qui ont le vice mégalo et qui envahissent l’Europe. A partir d’où ils partent ils se rencontrent. Et en général on soutient plutôt ceux là.
Et faire une conversation entre Ceausescu et Hitler je trouvais ça rigolo. Ils ont le même parcours mais avec un c’est petit et étriqué. Ca fini minable alors que l’autre il lui explique ???? et toi tu as tout raté. Ce qui est marrant c’est d’imaginer le dialogue entre tous ces gens là.

-Est-ce que tu fais des recherches poussées.
De la doc ? Ceausescu, j’ai lu 3 biographies et dans le tome 1 il y avait Pétain pendant une demi-page. J’ai lu une biographie de Pétain et t’as pas le même point de vue. Même pour une bulle c’est quand même intéressant s’il y a un personnage qui a existé qui intervient. Même s’il n’intervient que pendant 3 cases. Tu vois Mermoz il n’intervenait que 2 cases je crois. Mais c’était marrant de dire des trucs qui démystifiaient Mermoz qui était un mec de super de droite. Et Mermoz il a eut la chance de mourir jeune pour un pilote de course. A l’époque les mecs qui traversaient l’Atlantique étaient des pilotes de course. Mermoz était un mec qui n’avait pas peur mais en général à 60 ans ça faisait un président d’extrême droite. Et Mermoz il soutenait quand même des mouvements super de droite qui étaient anti Léon Blum. Mais c’était passé sous silence car on avait besoin de héros. La France, elle a quand même passé beaucoup de choses sous silence. Après la guerre de 40 il n’y avait quand même pas de quoi être fiers.

-C’est comme pour l’affiliation de parenté entre de Gaulle et Pétain.

Là je ne connais pas. Ils seraient de la même famille ?

-Non c’est Pétain qui aurait été le parrain d’un proche de la famille de de Gaulle. Il y a quelque chose comme ça. Je ne peux pas te dire quoi. Ils étaient en relation…

Je savais que Mitterrand avait été dans la jeunesse Pétainiste et de Gaulle je ne savais pas.

-Si si. Je sais qu’l y a le parrain de Pétain qui est le parrain d’un des 2 .
Après tout pourquoi pas. Tout est possible.

-Dans l’album, un des personnages principaux, c’est Napoléon.

Oui c’est mon point de départ. Si tu veux le siècle commençait. Napoléon seul dans la porcherie. C’est quand même lui qui a bâtit le 19ème. Le 19ème s’est construit autour de ce qu?il avait fait. Tout comme le 20ème s’est construit autour de ce qu’avait fait Hitler. Je me souviens qu’il y avait un site Internet qui avait lancé un truc pour élire l’homme du siècle, l’homme qui avait fait le 20ème siècle. Et c’est Hitler qui est venu en tête et il était super emmerdé. Il aurait voulu que ce soit, je sais pas… Einstein.
C’est vrai que c’est Hitler qui a fait le 20ème siècle. Même ce qui se passe au Proche-Orient maintenant ça vient de ce qu’a fait Hitler. Le partage de l’Europe, tout vient de ce qu’a fait Hitler.

-C’est lui qui a crée la 1ère Europe
Que ce soit dans le sens négatif ou positif, tout part de là. Napoléon il a quand même vachement bâtît le 19ème. Et donc si tu veux l’histoire a commencé avec lui tout seul : l’homme qui a crée les ??? du 19ème et qui accueille tous ceux du 20ème. C’était ça l’idée…. De voir leurs amis qui évoluent aussi avec tout ça.

-Et tu l’as repris pour le tome 2 ?
Le n° 2 je ne l’ai pas repris avec une chronologie réelle. Ca part un peu dans toutes les directions.

-Mais Hitler a un peu plus de présence cette fois-ci.
Dans le 1er comme j?ai fait un déroulement du siècle, Hitler apparaissait qu’au milieu de l’album en 45 alors que là il y est depuis le début. Et là il y a toujours Hitler, Napoléon et Staline. Les autres tournent autour.

-Sauf que Napoléon il est quand même un peu constamment remis en cause par les autres. Il y a Hitler, Staline qui lui disent « tu nous ressembles »
Et Napoléon il est un personnage super positif alors que bon il a peut-être fait le code pénal, il a peut-être essayé d’envahir l’Europe comme tout le monde. Il a construit son image de marque et ce qui est une super évolution. Et c’est vrai qu’en allant se battre en Autriche, en Italie, d’aller se battre contre les vieilles monarchies soutenues par les curés. Mais après ça monte à la tête le pouvoir. Il n’y a rien à faire. Ceausescu aussi il a eut une période où il avait l’air d’un despote éclairé. Mussolini aussi. Le pouvoir c’est pas fait pour un seul homme. La consistance de l’humain, elle est trop faible pour accuser le coup de tout ça. C’est impossible de croire. Regarde le débile qui est aux EU maintenant. C’est insensé. Ca c’est le problème de la démocratie. Tu vois la démocratie mélangée à la médiatisation mélangée à l’abêtissement général qui est fabriqué par la télé, ça fait que maintenant on vote pour n’importe qui. On ne réfléchit plus.

-Puisqu’on parle de lui, de nombreuses fois tu fais référence au nouveau président américain qui pour moi me donne un peu des relans de dégoûts des années 30-40. Le commentaire tu l’as fait. Mais communisme le puritisme américain, c’est le même combat alors ?
Le puritanisme.

-Je ne sais pas. Staline veut devenir américain.
Oui mais ça c?est une boutade. C?’est ce que j’expliquais. A un moment donné je me suis rendu compte que j’ai l’impression que l’Amérique c’est une sorte de socialisme. Ca je le raconte en détail dans le bouquin. En Russie, au 19ème et au début du 20ème il y avait quand même Germinal partout. Une espèce quart-monde gigantesque, de prolétariat rural et industriel complètement exploitée qui était maintenu dans un climat complètement révolté. Ils ont pris le pouvoir, avec le QI, la culture qu’ils avaient, ça a fait le bloc de l’Est et puis à l’Ouest ils ont émigré et ils sont arrivés aussi abrutis que les autres. Tu vois tous ces ouvriers agricoles irlandais et ils ont allés là-bas dans ce continent avec le même état d’esprit que sont qui ont versé des arrhes et ils se sont installés avant tout ce qu’il y avait. Et c’est le même son. Simplement il en a qui étaient à l?’ouest et d’autres à l’est.
C’est des damnés de la terre tous les deux. Ils se sont levés des 2 côtés et comme on dit dans l’International. Mais d’un côté ils ont pris le pouvoir à la place des anciens et ils se sont installés à leur place, ils se sont installés au Kremlin qui était un palais de tsar et de l’autre côté ils sont arrivés, il y a avait quelques personnes qui les gênaient, ils les ont zigouillées et ils ont dit « voilà c’est chez nous, on va construire notre nation de ploucs ». Et c’est eux qui ont réussi. Ils ont construits leur nation de ploucs et ils viennent tous d’ici. Donc si tu veux c’est ça une réussite d’une sorte de socialisme puisque c’est avec la terre. Mais en même temps ça fait une culture de ploucs, cette espèce de culture hargneuse.

Acheter :